2. De la Flexi-Sécurité à la Précarité

Fournisseur de Services RH innovants:

Joli titre pour une belle embrouille!

 

A l’origine des groupements d’employeurs était la volonté de mutualiser des salariés ente des entreprises trop petites, trop fragiles pour recruter un salarié à temps plein.

L’idée était belle pour déprécariser et stabiliser par CDI des emplois, souvent en intérim, de missions en missions.

Certains entrepreneurs ce sont engouffrés dans ce créneau en prétendant « agir pour la sécurisation de l’emploi et la valorisation des métiers de la logistique« .

Leur mission : 

Lutter contre la précarité de l’emploi et accompagner les entreprises dans leurs besoins de main d’œuvre permanente ou flexible. 

L’idée était belle en effet. Et réunir en 7 ans plus de 2000 employés en CDI spécialisés en manutention logistique, chapeau bas l’artiste! Les entrepreneurs d’aujourd’hui arriveraient-ils à concilier emploi, responsabilité sociale et dividendes?

On y a cru. J’y ai cru. J’ai cru à la dé-précarisation de mon emploi d’ouvrier logisticien.

Quelques années après, le constat est amer: de la Flexi-sécurité à la précarité de l’emploi, il n’y a qu’un pas. Pour moi. Pour nous les travailleurs pauvres.

Sauf que mes patrons sont successfull et que tous applaudissent au génie. Pensez, ils ont même obtenu le Grand Prix des Entreprises de Croissance, catégorie Services, décerné par le Ministère de l’Economie et des Finances et le groupe Leaders League. Et l’entreprise frôlerait les 200 Millions d’Euros de Chiffre d’affaires en 2017.

Entreprise? Mais je croyais que tu bossais pour une association? 

C’est là où le système se complexifie. D’un système constitué d’associations loi 1901 à but non lucratif, les entrepreneurs en ont fait une société cotée sur le marché libre Alternext à la bourse de Paris en créant une multitude de sociétés satellites à ces associations, sociétés dont ils sont les bénéficiaires ultimes.

Faire grandir une entreprise, s’enrichir, c’est une chose.

Encore faut-il le faire correctement sans retomber dans l’exploitation des temps de Zola et appliquer les fondamentaux du Code du travail applicables à son secteur.

Dans mon cas, depuis près de cinq ans que je travaille pour mon « association-groupement d’employeurs », je n’ai jamais été reçu en entretien annuel d’évaluation. Pas d’entretien, pas de bilan. Pas de bilan, pas d’évolution de carrière et par conséquent, pas d’augmentation de salaire.

Sûr que comme ça la masse salariale de l’association-groupement d’employeurs n’augmentera pas. Si ce n’est que par l’effet de l’augmentation annuelle du Smic. Mais c’est refacturé aux sociétés adhérentes.

Quels projets pouvez-vous faire, quel avenir pouvez-vous visualiser pour vous, votre famille, vos enfants si vous comprenez que vous êtes au Smic sans possibilité d’évolution?

Mais être payé au Smic c’est une chose (ça fait partie du process d’acceptation de sa condition!).

Mais ne pas avoir le bénéfice du principe d’égalité salariale entre les salariés de l’association-groupement d’employeurs et les salariés des sociétés adhérentes, c’est autre chose. Refuser aux salariés ce qui est prévu par le code du travail, est-ce vraiment cela la Flexi-sécurité d’aujourd’hui?

Absence de NAO, Négociations Annuelles Obligatoires, refus de formations professionnelle, congés imposés, salaires versées le 12 du mois suivant si ce n’est pas plus tard comme cette année au mois d’août…

Tout cela pour craquer au final, aller implorer son employeur pour une rupture conventionnelle du contrat de travail pour sortir enfin de ce cercle vicieux de la précarité, sortir de ce contrat de travail pour se recentrer pour recommencer à zéro. Mais se voir opposer une fin de non recevoir: « Vous n’avez qu’à faire un abandon de poste« .

Mais chez GEL GROUPE, le coeur est toujours à la fête. Surtout quand il s’agit de dépenser de l’argent. Pour l’inauguration de leurs nouveaux locaux par exemple. Regardez cette petite vidéo, ça devrait vous détendre. Ou vous irriter, au choix.

Pendant ce temps là, nous sommes plus de 2000 à galérer.

De la Flexi-Sécurité à la Précarité…. Merci Patron.